Rénovation d’une échoppe

Rénovation d’une échoppe.

BROTHER Renovation, s’est spécialisé dans la rénovation sur mesure d’échoppes et d’appartements.

Nous avons listé chronologiquement les étapes successives de la rénovation globale d’une échoppe, chiffré les coûts des matériaux (prix TTC) et de main d’œuvre pour 4 personnes travaillant à temps plein pendant huit mois (prix HT). Les travaux d’électricité et de plomberie effectués tout au long du chantier et sont également intégrés au coût des travaux.

A) GROS OEUVRE

Dans cette partie il faut considérer que les coûts des matériaux (40.000 € TTC) sont approximativement équivalents au coût de la main d’œuvre (40.800 € HT). Cette partie des travaux avance vite et nécessite peu de main d’œuvre. Il est pourtant fréquent sur les chantiers, de voir consacrer l’essentiel du budget des travaux à cette première phase, ce qui est, selon nous à éviter, afin de répartir correctement l’enveloppe totale entre le gros œuvre et les finitions, qui, elles nécessiteront beaucoup plus de main d’œuvre.

Premier mois:

  • Démolition et évacuation des gravats.

  • Mise à nu et restauration des murs en pierre : solution économique, écologique qui donnera du charme à votre habitation.

  • Pose de la charpente de l’étage : gain de superficie de 65m².

  • Déblai de l’ancienne toiture et traitement anti termites et fongique.

Deuxième mois:

  • Surélévation de la charpente de la toiture : pour permettre de créer vue et luminosité.

  • Pose de la couverture.

  • Installation des velux, étanchéité et zinguerie, restauration des cheminées.

  • Ouverture des murs coté jardin, pose de 3 baies vitrées avec leurs volets roulants, bandeaux de 8 fenêtres et 2 grandes fenêtres : (huisseries bois exotique double vitrage pré-peints à l’avance). Les huisseries sont des entrées de gamme (2.500 € TTC).

Troisième mois:

  • Isolation en laine de bois ignifugée de la toiture : solution phonique avec un bon rendement thermique. L’inconvénient réside en son prix trois fois plus élevé que la laine de verre.

  • Pose de l’armature des cloisons et des faux plafonds : nous avons utilisé des rails de 70mm renforcés aux angles par des chevrons. Ceci permet d’avoir des cloisons rigides et évitera toute fissure des bandes

  • Isolation des cloisons en laine de bois ignifugée.

  • Peinture des blocs de portes intérieures et pose de leurs montants : chacune de nos portes (peintes avec des peintures polyuréthanes) sont renforcées par un cadre en contreplaqué (ép. 30 mm), leur permettant d’être interchangeables.

B) SECOND OEUVRE.

Notre échoppe et enfin hors d’air et hors d’eau.

Souvent lors de rénovations, l’essentiel du budget à été dépensé par le gros œuvre, mais les finitions sont beaucoup plus onéreuses en terme de main d’œuvre car elles nécessitent plus de temps.

N’oublions pas qu’à la fin de vos travaux vous ne verrez plus que les finitions, d’où l’importance de leur accorder le plus grand soin. Dans cette optique n’oubliez pas que les budgets les plus onéreux dans la rénovation d’une habitation sont la cuisine et la salle de bains.

Pour ce chantier, nous nous sommes attachés à soigner au maximum nos finitions et à n’utiliser que des matériaux nobles et écologiques (bois massif, marbre…).

Dans cette seconde partie la proportion de la part de la main d’œuvre (68.000 € HT) est dès lors bien supérieure à celle des matériaux (38.200 € TTC).

Quatrième mois.

  • Pose des plafonds en lambris blanc pré-peint : ce type de matériaux permet de gagner du temps et de l’argent sur la partie placo et enduit (beaucoup moins onéreux que les plafonds en BA13).

  • Pose des plaques de platre BA 13 : chaque angle est armé et renforcé de cornières métalliques.

  • Création du châssis de l’escalier.

Cinquième mois

  • Création de l’ossature du module de douche/bain de la salle de bains.

  • Étanchéité du même module : un travail préalable est indispensable (voir notre rubrique « création d’une salle de bains »).

  • Enduit et ratissage des placos : la qualité des peintures dépend de la qualité des enduits. Il est fréquent que les bandes des placos soient encore visibles après la pose de la peinture, ce qui n’est pas esthétique. Pour palier à cela, nous avons appliqué une couche d’enduit de 4mm sur tous les murs.

Sixième mois.

  • Impression et dernière passe d’enduit.

  • Traitement des murs en pierre : évite la porosité et permet aux murs de respirer.

  • Pose du carrelage de la salle de bains.

  • Première passe de peinture.

Septième mois

  • Deuxième passe de peinture.
  • Réagréage du sol au RDC afin de remettre tout au même niveau.
  • Pose du parquet massif à l’étage.
  • Traitement, encaustiquage du parquet à l’étage et pose des plinthes.

Huitième mois

  • Pose du châssis pour le parquet au RDC.

  • Pose du parquet au RDC.

  • Création de la trappe d’accès à la cave et finition de l’escalier : la trappe, soulagée par des vérins hydroliques, est intégrée dans le parquet et est quasiment invisible, alors qu’elle se situe au milieu du salon.

  • Traitement encaustiquage du parquet au RDC et pose des plinthes.

  • Dernière passe de peinture et finitions.

  • Installation de la cuisine.

  1. BILAN.

    Galerie Photos du 1er etage

    Galerie Photos du Rez de Chaussée

Ce chantier a été réalisé sur une période de 10 mois, avec 8 mois de travail effectif, en mobilisant 4 ouvriers et en faisant intervenir les corps de métier suivants : plombiers, électriciens.

Pour une surface initiale au sol de 110 m², nous avons développé, grâce à la surélévation, 65m² de plus, soit 175m² de superficie totale développée et ce, pour un budget travaux de 187.000 € (soit 1.070 € /m²).

Le budget matériaux se chiffre à 78.200 € TTC. Il est composé des fournitures et du consommable. Hormis les huisseries, tous nos matériaux sont nobles qualitatifs et agencés dans le respect de l’environnement.

La part de la main d’œuvre est de 108.800 € HT. Elle correspond à notre salaire journalier (170 € HT par jour et par personne), pour quatre personnes pendant huit mois. Ce tarif journalier comprend notre main d’œuvre, nos congés, et l’outillage. Elle est non négociable.

Nous travaillons sous le statut d’auto-entrepreneurs ce qui permet à nos client de faire la distinction entre le prix de notre main d’œuvre et les prélèvements sociaux (30%), ce qui passe la journée à 220 € TTC.

Ce statut est particulièrement favorable pour nos clients, notamment si on le compare à celui d’une SARL assujettie à 75 % de prélèvements sociaux. Ainsi, pour la même opération, en passant par une SARL, le budget main d’œuvre (300 € TTC / jour et / ouvrier) s’élèverait à 192.000 € TTC, soit un montant global avec les fournitures de 270.200 € TTC.

L’opération serait donc au final facturée 1550 €/m².

Pour ce qui est des garanties décennales, elle sont applicables à tout ouvrage modifiant la structure de l’édifice (plomberie, électricité, charpente, couverture, maçonnerie…), c’est-à-dire au gros œuvre. L’essentiel de notre activité se composant de travaux de second œuvre, nous ne disposons pas de garanties décennales. A titre informatif, le tarif de ce type de garantie s’élève à 2.000 € par ouvrier et par an.

N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations.